Une collection insolite : les testaments de stars et célébrités

Publié le par Daniel LESUEUR

Les dernières volontés des grands noms sont souvent source de révélations. Vous les trouverez dans la catégorie "vieux papiers".

Pour un collectionneur d'autographes, un testament est la pièce ultime car, dans le cas présent, il ne peut s'agir d'un faux. Important, quand on sait que la plupart des célébrités font réaliser leurs photos dédicacées par leurs secrétaires !

Lorsque l’on se penche sur les testaments, dossiers post mortem, des stars et célébrités, notamment des XIXe et XXe siècles, on est appelé à se poser de curieuses questions sur la véritable personnalité de ceux qui ont fait l’actualité.

Etranges questions… Pas tant que ça !

Dans le monde de la politique aussi bien que dans celui du show business, le mensonge est monnaie courante. Dans le premier cas, ce sont des questions d’électoralisme qui sont en jeu. Dans le second, c’est l’image de la star.

Un miroir à double face

L'image que donne tout personnage public est, le plus souvent, calculée, et ne correspond pas obligatoirement à la réalité. A plus forte raison dans le monde du spectacle et de la politique où le mensonge et le "paraître" prédominent sur la réalité. En revanche, face à la mort, l'être humain, même célèbre, se doit d'être sincère. Il se place dans cette position virtuelle de quitter le monde des vivants lorsqu'il songe à rédiger ses dernières volontés. D’où l’intérêt d’étudier son testament pour véritablement cerner sa personnalité.

La mort pour mieux cerner la vie

Farfouiller dans les archives testamentaires, attendus judiciaires et autres rapports d'autopsie des célébrités disparues, s’agit-il d’une perversion? Non car le collectionneur de testaments n'est ni nécrophile, ni médecin légiste, pas même curieux morbide. En un mot comme en cent, il est davantage chercheur que collectionneur.

En chercheur tatillon, il veut des faits, des vrais, des bétonnés

Encore faut-il aller les chercher là où personne ne va jamais fureter. Avec la précision maniaque d'un entomologiste passionné, le chercheur décrypte, dissèque, amasse, rapporte, sans se soucier du "qu'en dira-t-on". S'acharner à exhumer dates, chiffres et indices, c'est pour mieux éclairer - de l'intérieur, pourrait-on dire - des sagas populaires qu'on croyait connaître par cœur. C'est juste que la légende, celle que les glorieux décédés ont parfois eux mêmes propagée, ne peut suffire à un historien… voire à un " archéologiste " de la politique ou des cultures populaires que sont le rock ou le cinéma.

L'histoire du show business regorge de mythes fabriqués de toutes pièces et sur mesure. On pourrait citer à la pelle ces faux détails croustillants dont des générations d'amateurs et de journalistes se repaissent tranquillement.

Des dossiers post mortem qui posent des questions parfois dérangeantes

- Lady Di, qui a tant fait pour les bonnes œuvres… Pourquoi n’a-t-elle pas légué un centime à des œuvres caritives ?
- L’étude graphologique de la pseudo-lettre d’adieu de Kurt Cobain semblerait pour certains prouver qu’il s’agit d’un crime maquillé en suicide

- Que Janis Joplin, nympho bouleversante et diva chancelante, ait probablement songé à se suicider, voilà une éventualité qui risque de ne pas plaire à tout le monde...

- Pourquoi Freddie Mercury, homosexuel notoire, a-t-il légué le plus clair de sa colossale fortune à… une femme?

- Où sont passés les 5 avions, les 210 motos et les 55 voitures de sport de Steve McQueen, tombé entre les mains d’un charlatan qui soignait son cancer à coup de piqûres de concentré de… jus d’abricot?

- Que Victor Hugo, homme politique influent et écrivain renommé ait achevé son testament par la formule "Victor Hugo, sans profession" témoigne-t-il d’une grande humilité ou bien de son souhait de consacrer le reste de sa vie à… L’Art d’être grand père?

- Où ont bien pu passer les millions amassés par le manager de Jimi Hendrix sur son dos et dont il n’a pas vu la couleur (il avait à peine en poche de quoi se payer un taxi)?

- Six mois avant de mourir, dans quel état se trouvait Elvis Presley, qui parvient à peine à apposer sa signature, s’y reprenant à deux fois ?

Et celui d’Edith Piaf !

Jamais testament de célébrité ne fut rédigé avec autant d’indigence : pas de notaire, juste quelques lignes griffonnées un dimanche, un “13” de surcroît. S’est-elle senti mourir (effectivement, elle décèdera quelques mois plus tard, très exactement le 10 octobre). Etait-elle superstitieuse, craignant de mourir un “13”? (étrange prémonition, elle mourra en octobre, le vendredi 11, précédant, effectivement, un autre dimanche 13). Dans quel état était-elle à cet instant, pour avoir fait une faute d’orthographe sur son prénom (elle signe “Edithe”, et omet d’achever sa phrase)?

La graphologie nous vient en aide

Une fois étudié un dossier post mortem (contenu du testament), on peut ensuite continuer l'étude en faisant réaliser l'analyse graphologique. Et l'on s'envole ensuite vers une collection d'autographes, également passionnante à tous points de vue.

Le testament de Louis XVI

Le testament de Louis XVI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article