Le reggae n'est pas qu'à danser !

Publié le par Daniel LESUEUR

Dans nos classes d'anglais, depuis des décennies, on étudie certains textes des Beatles. l'auteur Eric Doumerc en a pris bonne note, d'autant qu'il est lui même professeur d'anglais. Mais c'est à un exercice beaucoup plus original qu'il nous convie : l'histoire de la Jamaïque au travers des textes de chansons de reggae. Exercice impossible, croiriez-vous ? Au contraire, non : la Jamaïque est une toute jeune nation et le reggae est né à peu près au moment de sa déclaration d'indépendance en 1962. C'est dire que cette musique colle à son histoire.

"Reggae et Jamaïque", deux noms indissociables

Pourtant si nous connaissons tous Bob Marley, l’histoire de son jeune pays nous est globalement inconnue. « Bien que le nombre d’ouvrages publiés sur le reggae soit très important, il en existe peu qui abordent le reggae au travers de la tradition orale en se fondant sur une étude des paroles des chansons », nous explique l’auteur. Après une histoire détaillée de cette île qui nous paraît paradisiaque alors que beaucoup de ses habitants ont souffert et souffrent encore, nous aurons tout à loisir de découvrir la réelle signification de chansons dont les mélodies nous ont fait danser et rêver... mais dont la complexité des textes et les multiples références culturelles qui y abondent nous ont souvent échappé.

Chansons... Quelles chansons ?

Au même titre qu'il serait réducteur de présenter l'écriture des Beatles en dissertant sur la formule "Elle t'aime - ouais, ouais, ouais" ("She Loves You"), Eric Doumerc a volontairement laissé de côté les chansons d'amour à caractère universel pour se concentrer sur celles qui, véritablement, racontent l'histoire du Jamaïquain, quitte, par moments, à effectuer un crochet par l'Afrique, son berceau ancestral.

Leçon d'histoire... histoire de société également

Le lecteur de ce passionnant ouvrage ("Le Reggae dans le texte, 1967-1988") qui vient de paraître aux éditions Camion Blanc, ira de surprise en surprise. Au détour de "o-o-Seven" (matricule de James Bond, 007) il apprendra ce qu'est un rude boy, finalement pas si éloigné de nos blousons noirs de la fin des années 50. Surprise ! Il découvrira que nos frères jamaïquains se passionnaient déjà pour les "Ocean Eleven" de Frank Sinatra ("Rat Pack", 1960) alors qu'en France nous sommes persuadés que la Bande des Onze a été créée pour mettre Brad Pitt en valeur. En un mot, la seconde partie du livre consacrée à l'étude des textes commence très fort avec ce fabuleux titre de Desmond Dekker, l'un des premiers Jamaïquains connus en Europe dès 1967. Ensuite, crescendo !

Le reggae n'est pas qu'à danser !

Publié dans musique

Commenter cet article