On a trouvé le testament de Lady Diana

Publié le par Julia DESSAUVAGE

Ce document d'un intérêt inestimable pose d'étranges questions sur la personnalité de la princesse disparue fin août 1997.

L’écrivain et journaliste Daniel Lesueur (http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Lesueur) collectionneur de testaments de célébrités, vient de mettre la main sur celui de Diana. A la lueur de ce document, de nouvelles questions sont posées…

Tout le monde croit connaître Lady Diana

La défunte princesse ex épouse du prince Charles d’Angleterre et belle-fille de la reine Elisabeth II. Cette jeune femme au destin tragique n’a eu de cesse d’être élevée au rang d’icône de par sa médiatique générosité et son rejet de la couronne. Sa vie tumultueuse, sa famille, son histoire, tout a été matière à de vives discussions et d’autant plus après sa mort dans de mystérieuses circonstances, lors d'un accident de voiture sous le pont de l’Alma à Paris, en 1997. Qui est Diana ? Diana Spencer, nul ne l’ignore, est fille d’aristocrates gallois: plusieurs généalogistes se sont penchés sur ses ascendants ancestraux et lui ont trouvé un grand nombre de filiations diverses, plus ou moins proches de personnalités historiques – elle possède d’ailleurs de nombreux titres de noblesse.

Née le 1er juillet 1961 à Sandringham, en Angleterre, Diana doit faire face au divorce violent de ses parents et aux batailles qu’ils livrent pour sa garde et celle de son frère. Elle étudie dans de grandes écoles malgré de médiocres résultats.

Mariée… trop jeune ?

A l’âge de dix-neuf ans, elle épouse le prince Charles de Galles qui se voit forcé de mettre fin à sa liaison avec Camilla Parker Bowles pour s'unir à une jeune femme issue d’un milieu plus aristocratique. Le mariage a lieu à la cathédrale Saint-Paul de Londres, le 29 Juillet 1981. Deux enfants naîtront de cette union: le prince William en 1982, puis le prince Henry en 1984. Le mariage tourne vite au drame Suite à la naissance de son premier fils, Diana tombe dans une profonde dépression et tentent plusieurs fois de se suicider sans que ses appels à l’aide ne soient entendus. S’ensuit une longue période où le couple ne représente plus rien d’officiel, sinon une image de scandale où chacun s’accuse mutuellement de plusieurs adultères.

Ils se séparent en 1992

Le divorce est officiellement prononcé en 1996. Pour les deux jeunes héritiers en pleine adolescence, c’est également le début de nombreux scandales qui font le bonheur de la presse et des médias. Réelle implication? Diana se lance à corps perdus dans les causes humanitaires – principalement l’aide aux victimes du sida et des mines anti-personnelles – ce qui lui confère une sorte de statut d’icône nationale comparée à Mère Thérésa. Est-elle vraiment sincère ou se cherche-t-elle une raison d’exister? Le drame Le 31 août 1997, alors qu’elle sort du Ritz en voiture avec son amant, son garde du corps et son chauffeur, Diana est poursuivie par des photographes dans les rues de Paris. La voiture qui les conduit fait une embardée avant de s’écraser contre un mur du pont de l’Alma; elle est sortie de l’épave et conduite à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière où elle décède dans la nuit, laissant le monde entier la pleurer, les questions se multiplier et rester sans réponses. De nouvelles interrogations L’auteur Daniel Lesueur, qui a déjà publié Portraits d’outre-tombe : l’héritage du rock’n’roll, s’intéresse aujourd’hui aux enseignements qu’on peut tirer de l’étude du testament de Diana…

Première interrogation : où va l’argent?

De sa fortune, estimée à 6 millions et demi de livres sterling, on aurait pu penser que Diana en léguerait une partie à des œuvres de bienfaisance. Or ce n’est pas le cas: tout a été à sa descendance (ses deux fils). Dès lors on est en mesure de se poser des questions concernant l’authenticité de ses implications dans des combats d’ordre humanitaire. Deuxième interrogation : un déni de mariage ?

Pourquoi Lady Diana ne signe-t-elle que de son prénom depuis le début de sa vie de couple? Le nom de son mari, dès le début de leur union, lui était-il insupportable (dans le sens d’impossible à porter) ? Autant que son nom de jeune fille, qu’elle n’utilise plus non plus. Le protocole, direz-vous… et bien justement non : n’étant pas de sang royal, officiellement, Diana ne méritait pas le titre de princesse que lui accordèrent volontiers les médias. Troisième interrogation… le mystère à jamais Même si sa mort a été classée comme accident dû à la grande vitesse de la voiture et à l’état d’ébriété du chauffeur, elle n’en demeure pas moins suspecte. Alors, que s’est-il vraiment passé? Cela restera sans doute l’ultime question. Car sur la personnalité de Diana, une étude graphologique de sa signature nous en apprend beaucoup… (à suivre sur ce même blog)

On a trouvé le testament de Lady Diana

Publié dans Femmes dans l'histoire

Commenter cet article

Mr LORACLE 23/05/2017 16:19

Plus le temps passe et plus on s'aperçoit des incohérences dans la fin tragique de la princesse Diana sous le tunnel de l'Alma. Je vous conseille l’excellent livre : LE 13 eme PILIER de Vincent CLAUTT. C’est beaucoup plus qu'un complot, c'est très très grave ... (en vente sur Amazon)