Les méconnus du 20è siècle : Roscoe Arbuckle dit « Fatty »

Publié le par Daniel LESUEUR

Si Charlie Chaplin, Laurel et Hardy, Buster Keaton et Mack Sennett sont passés à la postérité, Roscoe Arbuckle, qui fut leur égal en popularité et même pour certains leur maître, est banni de la mémoire cinématographique. C'est injuste, mais il en est ainsi.

Cet acteur (1887-1933) ne fut certes pas le seul, mais il fut le premier à gagner des sommes folles en une cinquantaine de films entre 1913 et 1920.

Il défraya la chronique.... Puis plus rien !

Surnommé Fatty en raison de ses rondeurs (des rondeurs qui attirèrent la sympathie avant d'apparaître comme obscènes), Arbuckle fut un temps l'acteur comique le plus populaire du cinéma muet.

En 1921, il se vit gratifier du plus gros chèque de l'Histoire naissante du Septième Art : un million de dollars pour un contrat de partenariat de trois ans avec la Paramount. Il décida de célébrer l'évènement comme il se devait. Hélas, à l'issue de la party (une orgie monstre qui dura trois jours), Arbuckle fut accusé de viol et de meurtre : la jeune actrice Virginia Rappe, qui mourut au bout de quatre jours de souffrance, aurait été littéralement écrasée par l'acteur (il pesait entre 125 et 150 kilos) pendant qu'il la forçait. En réalité la victime, qui n'avait que 25 ans, succomba à une péritonite non diagnostiquée. C'est seulement le quatrième jour, en effet, qu'elle fut conduite à l'hôpital : ceux qui penchaient pour la thèse du viol préféraient étouffer l'affaire, et ceux qui acceptaient de croire Fatty, qui jurait que la starlette vomissait son sang parce qu'elle s'était saoulée à mort, étaient persuadés que l'actrice se remettrait progressivement (cette sinistre affaire donnera naissance aux films "The Wild Party" en 1974 et "Return To Babylon" en 2004, avec respectivement Raquel Welch et Ione Skye dans le rôle de Virginia). Une autre thèse circule : l'actrice, qui avait été retrouvée baignant dans son sang, aurait fait l'objet de sévices de la part d'Arbukle. Dans son délire éthylique, il aurait utilisé une bouteille (de Coca ou de champagne) pour pallier à son impuissance.

De procès en procès en appel, l'innocence de l'acteur fut prouvée, mais trop tardivement : le mal était fait. L'industrie du cinéma lâcha l’acteur et son public s'en détourna :

- Dans certaines villes d'Amérique, des groupes de femmes déchirent l'écran du cinéma où sont montrés les films d'Arbuckle et le bombardent d'œufs et de bouteilles (Télérama n°3044).

Grâce à son fidèle ami Buster Keaton, la star déchue continua encore un peu à travailler, clandestinement, sous les pseudonymes de Will B. Good et William Goodrich.

Il mourut pauvre et oublié

Mais sa sinistre mésaventure avait marqué les esprits et incité la profession a se ressaisir. Le cinéma pornographique vivait son âge d’or en matière de chiffre d’affaires. Reprise en main par la mafia, il était certain que cette industrie marginale allait couler de belles et longues heures, allant de pair avec le marché de la prostitution, des boîtes de nuit et ~~de la drogue. Il était hors de question de laisser le cinéma "tous publics" suivre le même chemin. La première occasion était la bonne...

Les méconnus du 20è siècle : Roscoe Arbuckle dit « Fatty »
Les méconnus du 20è siècle : Roscoe Arbuckle dit « Fatty »

Publié dans CINEMA

Commenter cet article

Daniel Hubinon 08/05/2014 09:26

Bonjour,
Super ces premiers "méconnus" j'attend la suite avec impatience