Abie Nathan, la Voix de la paix

Publié le par Daniel LESUEUR

Pacifiste israélien qui a fait la guerre, Abie Nathan (1927-2008) consacra sa vie à réclamer la paix entre l’Etat hébreu et ses voisins arabes.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans la R.A.F. pour combattre les Allemands en Europe. Il n'a alors que treize ans !

En 1948, il est l'un des premiers pilotes du tout jeune Etat d'Israël. Il se calme quelques temps et ouvre un restaurant à Tel-Aviv, le California. Peu avant qu'éclate la Guerre des Six Jours, il s'envole pour Port Saïd afin d'implorer les Egyptiens de ne pas entrer en guerre. Mais Nasser refuse de le rencontrer ; il est alors renvoyé en Israël où il est emprisonné quarante jours pour avoir eu des contacts avec l'ennemi.

L'idée de monter une radio pacifiste lancée depuis un navire ancré en eaux internationales lui vient en 1967, en écoutant alternativement La Voix des Arabes et Kol Israel dont les programmes ne sont qu'appel à la lutte armée.

La sienne s’appellera La Voix de la Paix

Le projet est latent ; il lui faut, auparavant, divorcer et vendre tous ses biens pour se lancer dans la folle aventure. Il peut alors se rendre à Amsterdam pour faire l'acquisition d'un bateau. Mais il lui manque encore l'argent nécessaire au matériel d'émission. Il met le cap sur New York où il pense pouvoir réunir les fonds…

Sa quête dure des mois, dans l'indifférence générale

Il entame alors une grève de la faim à bord du rafiot. Cette fois, les médias se font l'écho de ses initiatives et les aides affluent, sous les formes les plus diverses. Les hommes d'affaires suisses, Meister et Bollier (directeurs de Radio North Sea International) offrent une antenne. Une association catholique canadienne offre un appareil à distiller l'eau de mer. Des supermarchés juifs font livrer sur le bateau de quoi nourrir l'équipage pendant un an. Et l'ex-Beatles John Lennon, dont la chanson "Give Peace A Chance" devient l'hymne de Voice of Peace, envoie une confortable somme d'argent. Au bout de deux ans d'efforts, l'équipage est au complet. Il est constitué de treize hommes de moins de trente ans, tous bénévoles. A ceux qui le prennent pour un fou, un rêveur ou un utopiste, Abie explique que le Voice of Peace coûte cinquante fois moins cher qu'un Mirage ! 1972 s'écoule dans la fièvre des préparatifs. Les programmes doivent commencer le 15 décembre, sur une fréquence tenue secrète le plus longtemps possible, afin de ne pas faciliter la tâche à d'éventuels brouilleurs.

Voice of Peace doit s'ancrer quelque part entre Haïfa et Port Saïd

Mais les dures réalités économiques ont provisoirement raison du beau rêve : l'entretien du bateau coûte beaucoup plus cher que prévu. Il ne quittera New York que le 16 mars 1973. Une courte transmission-test est effectuée sur 1540 kHz durant la traversée de l'Atlantique. La tempête endommage le navire qui doit, par conséquent, être réparé à Marseille à partir du 20 avril. Le 10 mai, direction Chypre. Et à la fin du mois, les tests sonores reprennent. Ayant choisi de battre pavillon panaméen, Voice of Peace s'installe en toute légalité dans les eaux internationales au large du Mont Sinaï.

Les programmes en anglais, français, arabe et hébreu partent à destination des trois pays "chauds" qui l'entourent : Israël, l'Egypte et le Liban. Avec son émetteur de 50 kW, Voice of Peace couvre toute la région, soit un auditoire potentiel de 20 à 30 millions d'individus. Rapidement, les jeunes Israéliens, à l'occasion d'un sondage, font savoir que V.O.P. est leur station préférée.

Le succès n'est pas aussi probant, malheureusement, auprès des populations arabes. Les finances font toujours cruellement défaut, malgré les dons, nombreux et généreux. Des artistes peintres israéliens organisent une vente de leurs tableaux et offrent le produit de la recette au bateau-radio ; même scénario à Haïfa où des étudiants organisent un vaste "happening".

Abie Nathan, ambitieux, invite Golda Meir et le président Sadate à se rencontrer en "terrain neutre", à bord du Voice of Peace. Malheureusement la guerre reprend de plus belle en octobre 1973 et Israël demande à V.O.P. (sans lui laisser l'alternative de refuser) de s'éloigner de la zone des combats. Les émissions cessent début novembre, n'ayant plus de raison d'être : la paix a perdu son combat. Le bateau met le cap sur l'Italie, puis revient à Marseille. Mais Abie Nathan refuse de baisser les bras. Il retourne à Amsterdam, où Radio Caroline lui donne la parole pour une campagne de souscription destinée à organiser le retour sur les ondes de Voice of Peace. Un couple d'Américains lègue quinze millions de centimes à la courageuse entreprise. Il faut néanmoins se rendre à l'évidence : la maintenance en état de fonctionnement de Voice of Peace nécessite en permanence des rentrées d'argent.

De retour sur les ondes grâce à son émetteur qui reste toujours aussi puissant, Voice of Peace, dont l'adresse postale est toujours à Tel-Aviv, s'exprime également dans les colonnes de l'hebdomadaire américain Billboard, sous la plume de Chrispian St John, nouveau directeur artistique de V.O.P. et ex-animateur vedette de Radio North Sea International :

- "Nous émettons 24h sur 24, d'un point situé quelque part dans la Méditerranée. Nous diffusons les succès anglais et américains du moment. Tous nos programmes sont en anglais, à l'exception de deux émissions en hébreu dans la nuit de vendredi à samedi et de deux heures de musique arabe le samedi matin. Nous sommes une station commerciale, dans la mesure où nous diffusons des publicités dont le nombre est en constante augmentation. Les surplus de bénéfices sont versés à des associations caritatives, au Moyen-Orient ou ailleurs. Notre émetteur nous permet d'être entendus en Israël, Jordanie, Syrie, ainsi qu'à Chypre, au Liban, etc."

Le 31 décembre 1981, Abie Nathan cesse provisoirement les programmes

La raison en est le refus du gouvernement israélien de lui accorder une licence pour pouvoir émettre en toute légalité depuis la terme ferme. Mais le 12 janvier 1982, il reçoit l'assurance du Comité économique de la Knesset qu'une révision de l'audiovisuel est à l'étude. Dans l'attente de cette refonte totale, Voice of Peace est autorisée, désormais, à émettre à l'intérieur des eaux territoriales, pour une période d'essai de trois mois, afin de permettre au navire d'être à l'abri des tempêtes hivernales et d'éviter à l'équipage de mettre des vies en jeu. Cette mesure est néanmoins assortie de deux conditions :

1°) les programmes de V.O.P. doivent être strictement à l'intention du territoire israélien.

2°) la publicité est autorisée à l'antenne, mais V.O.P. est contraint de se placer sous la direction générale du gouvernement.

Alors qu'Abie Nathan pensait avoir marqué des points, des partis d'opposition contestent cette faveur d'exception et un parti religieux ultra-orthodoxe ajoute que V.O.P. doit respecter le Shabbat en cessant d'émettre pendant cette période.

Le 16 février, Abie déclare qu'il n'a plus la force morale ni les moyens financiers de résister à ces diverses attaques, qu'il s'est toujours battu pour la défense de la paix et qu'il va, en conséquence, chercher une nouvelle mer d'exil où ses idées seront moins contestées.

Le 19 février, Voice of Peace reprend ses émissions pour quelques heures, indiquant qu'Abie va se rendre personnellement à Londres, puis à Dublin où il rencontrera des catholiques et des protestants en faveur de la paix entre les deux camps. Mais V.O.P. reste au large d'Israël, où la radio fête ses dix ans d'existence, le 28 mai 1983, en organisant une journée Beatles. L'invasion du Koweit donne une nouvelle fois l'occasion à V.O.P. de faire appel à la paix et à la raison. Toujours présente sur les ondes, la station couvre les évènements relatifs à la guerre du Golfe avec ses propres moyens d'investigation ou en relayant en direct les journaux parlés des radios juives et arabes. A l'automne 1991, Abie Nathan est inculpé, jugé et condamné à 18 mois de prison pour avoir rencontré le leader palestinien Yasser Arafat. Il fut cependant libéré au bout de six mois, le gouvernement israélien ayant décidé de lui accorder grâce pour bonne conduite.

Le 1er octobre 1993, Voice of Peace cessa définitivement ses programmes

A cela, plusieurs raisons. La première est strictement d'ordre économique ; la station avait beaucoup de dettes (de l'ordre de $ 250 000) et pouvait, de moins en moins, compter sur les recettes publicitaires. Deuxièmement, Abie Nathan s'était investi dans d'autres projets humanitaires, notamment l'aide aux victimes du tremblement de terre au Pakistan. Enfin et peut-être surtout, Abie considérait que le but de V.O.P. avait été atteint dans la mesure où des discussions de paix s'étaient engagées entre Yitzhak Rabin et Yasser Arafat. Ce jour-là, pour la première fois depuis douze ans, Abie arbora une chemise blanche, lui qui en portait constamment des noires ! Malgré diverses propositions pour redémarrer les programmes de Voice of Peace, Abie décida de couler le célèbre navire le 29 novembre 1993 après en avoir ôté le coûteux matériel d'émission.

Abie est mort à 81 ans.

Des centaines de personnes ont assisté à ses funérailles à Tel Aviv, y compris le président israélien Shimon Pérès qui a lui a rendu hommage.

Abie Nathan, la Voix de la paix

Publié dans radio

Commenter cet article