Périophtalmus barbarus, étrange poisson sauteur et amphibien

Publié le par Josiane Baud

Lorsque l’on envisage de créer un aquarium, aussitôt la population de poissons « classiques » nous vient à l’esprit. Il existe pourtant diverses autres espèces qui ont des capacités physiques adaptées à des conditions de vie un peu particulières, comme Périophtalmus barbarus.

A quoi ressemble un périophtalme ?

Il fait partie de la famille des périophtalmidés qui a les principales caractéristiques physiques de celle des gobiidés.

Pouvant aller jusqu’à une vingtaine de centimètres, il a une grosse tête suivie d’un corps allongé s’affinant vers la queue, une grande bouche et de gros yeux. Ce sont justement ses yeux qui attirent tout de suite l’attention car, placés sur le dessus de la tête, globuleux, ils ont deux particularités vraiment remarquables.

  • D’une part ils sont indépendants l’un de l’autre, positionnés sur le dessus du crâne, dos à dos, permettant à l’animal de regarder dans deux directions complètement opposées.
  • D’autre part, et c’est là le plus étrange, si le Périophtalmus barbarus est immergé et ne sort qu’à demi ses yeux à fleur d’eau, la partie inférieure de l’œil peut observer ce qui se passe côté aquatique, alors que la partie supérieure observe le monde aérien…

Images correspondant à periophthalmus barbarus

Origines géographiques de Périophtalmus barbarus

Apparemment peu rare, il est observé en plusieurs endroits de la planète, comme l’Australie, l’Afrique et le Sud-Est asiatique. Le commandant Cousteau écrit dans Planète océan : « Nous les avons souvent rencontrés mais c’est dans l’archipel enchanté des Seychelles que j’ai pu les observer à loisir. »

Car cet animal ne brille pas par sa couleur, allant du beige au brun sombre. C’est donc, en effet, sur les plages ponctuées de racines de palétuviers, pendant la marée basse et à découvert, que le périophtalme est le plus visible. Il se propulse sur ses nageoires pectorales et caudale et se déplace par petits bonds.

Comportement et alimentation du périophtalme

Dans la mangrove le périophtalme, poisson amphibie, sort volontiers de l’eau pour aller sur les racines des arbres de berge. Ce sont ses nageoires ventrales, équipées de ventouses, qui lui permettent de s’agripper et de ne pas tomber lors de son périple.

On peut alors voir que sous ses branchies, il y a deux gros renflements. Ce sont des cavités spongieuses qui se sont gonflées et qui lui permettent de respirer.

Il profite de ce moment à l’air libre pour chasser divers insectes volants ou rampants, alors que lorsqu’il est dans l’eau, il recherche les petits crustacés.

Reproduction et maintenance de Périophtalmus barbarus

Le « quatre yeux » creuse des terriers ressemblant à un entonnoir, de façon à ce que la partie supérieure de celui-ci affleure la surface de l’eau. C’est là que la femelle pond des œufs déjà fécondés. A l’éclosion, les parents protègent les alevins qui trouvent leur nourriture dans l’eau, jusqu’à ce qu’ils soient aptes à se rendre sur terre.

Assez difficile à trouver en animalerie, le Périophtalmus barbarus est un animal très attachant par son comportement. Comme tous les gobiidés, il observe beaucoup, à l’affût de chaque mouvement.

Sa détention oblige à avoir une cuve assez haute, fermée et bien ventilée, décorée en aquaterrarium, c’est-à-dire avec une zone aquatique, un sol de sable fin de rivière au relief modulé et une berge plantée style mangrove.

Sources :

« L’Art de l’Aquarium » Colette Rabut Patrick Butteux ( Bordas Nature)

« Planète Ocean » Jacques-Yves Cousteau (Alpha EDITIONS SA)

Du même auteur:

Les méduses, créatures aquatiques ne sont pas si mystérieuses, leur prolifération pourrait être gérée si l'on voulait bien s'y intéresser...

Le monde aquatique abrite de bien curieuses créatures. Le périophtalme fait partie des plus étonnantes. Josiane Baud

Le monde aquatique abrite de bien curieuses créatures. Le périophtalme fait partie des plus étonnantes. Josiane Baud

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article