En 1962 Johnny Hallyday devint l'Idole des jeunes

Publié le par Daniel LESUEUR

Ce titre bien mérité, Johnny avait attendu deux ans avant de le conquérir. Il l'a gardé et ce n'est pas l'effet du hasard.

Les débuts de Johnny Hallyday furent très contestés. En 1960, les adultes ne retenaient de lui que son côté excentrique ("Un gamin qui joue de la guitare en se roulant par terre") et ses chansons aux paroles sibyllines ("J'suis mordu", "24 000 baisers", "Itsy bitsy petit bikini"). Bref, en 1960 et 1961, personne, ou pas grand monde en dehors de ses admirateurs, ne croyait qu'il avait un avenir devant lui. Ce n'est qu'à partir de 1962 qu'on commença à le respecter et qu'on le surnomma "L'Idole des Jeunes". Mais... pourquoi "L'Idole des Jeunes" ? On aurait pu aussi bien l'appeler "Le roi du rock français", "Le prince du twist", "Le pape du pop".... Depuis 50 ans, beaucoup ont oublié, ou tout simplement ignorent...

Pourquoi on l'appelle "L'Idole des Jeunes"

Ce titre ronflant et néanmoins exact n'est pas le fait du hasard : c'est simplement celui d'une chansons à succès... à grand succès, et qui constitue pour les adultes la première très bonne chanson de Johnny destinée, non plus seulement à ses fans, mais à tous les publics. Et la mutation s'est faite en 1962.

L’IDOLE DES JEUNES : TEENAGE IDOL

C'est l'adaptation d'une chanson de l'Américain Ricky Nelson, chanteur et acteur.

C’est très certainement le titre avec lequel Johnny a définitivement conquis tous les publics. Jusqu’alors, en effet, les “croulants” (comme on disait à l’époque) pouvaient lui reprocher de se rouler sur scène, de brailler des inepsies (“quest-ce que ça veut dire, kili watch?”), de hoqueter plutôt que de chanter, etc. Avec L’Idole Des Jeunes, Johnny sort le grand jeu: voix de velours, émotion (on plaint autant l’idole malheureusement que, l’année suivante, la “pauvre petite fille riche” de Clo-Clo!), texte intelligent, mélodie sublime et arrangements discrets bien qu’efficaces. Du “top” pour un titre qui, depuis, lui colle à la peau. Le verso de la pochette est utilisé par Lee Hallyday, danseur professionnel, pour présenter un rythme nouveau, le mashed-potatoes. Car sur ce même 45-tours vinyl de 1962 figuraient une autre chanson emblématique...

C’EST LE MASHED POTATOES : LITTLE BITTY PRETTY ONE

Ca ne pouvait pas rater: à peine sanctifié, le madison était déjà enterré par une danse nouvelle, le mashed-potatoes (nous ne pouvons que vous conseiller la “leçon de mashed-potatoes” de Pierre Dac dans le mensuel Sonorama de Juillet 1962, ou, plus sérieusement, Twist Again, l’ouvrage de Michel Gosselin consacré à 40 ans de danse). Son nom vient du pas très spécifique que doit adopter le danseur: il doit simuler l’écrasement, avec le talon, d’une pomme de terre imaginaire (virtuelle, dirait-on aujourd’hui) placée sur la piste de danse! Johnny doit se plier aux impératifs de la mode, et y reviendra d’ailleurs l’année suivante avec Mashed Potatoes Time. Le plus curieux de l’histoire est de constater que le titre original remonte à une époque où le mashed-potatoes et même le twist n’existaient pas: Little Bitty Pretty One a été créé cinq ans plus tôt par un chanteur de blues noir américain, Thurston Harris.

A sa suite, une floppée d’artistes l’ont enregistré, au fil des ans

Citons Bobby Day, Frankie Lymon, Cliff Richard, les Paramounts, les Jackson Five, Huey Lewis... et bien sûr Clyde Mc Phatter qui, sur le même EP français, proposait Lover Please, V.O. de Reviens Vite, Mon Amour repris par Richard Anthony. Kurt Mohr, futur chroniqueur dans “Rock’n’Folk”, est à l’époque arrangeur pour la firme Odéon. Il explique qu’effectivement le mashed-potatoes n’est pas une nouveauté: il provient de rites religieux extatiques qui ont eux-mêmes un lointain passé dans les traditions africaines. C’est en tous cas un enregistrement dont la version de Johnny a mal vieilli, du fait de son intro parlée qui devient insupportable dès la seconde écoute

Un texte ringard

“- Dis, Johnny, qu’est-ce que tu danses là? C’est drôlement chouette!

- C’est le mashed-potatoes, en Amérique, tous les jeunes le dansent.

- Tu veux pas nous l’apprendre?

- Si, bien sûr! Allez, tout le monde autour de moi!”

En 1962 Johnny Hallyday devint l'Idole des jeunes

Publié dans musique

Commenter cet article