Tina Turner + Phil Spector = "River Deep, Mountain High"

Publié le par Daniel LESUEUR

Sobrement intitulé "River Deep, Mountain High Outtakes", un CD circule dans le milieu des collectionneurs et propose 18 versions de diverses provenances de ce tube qui fit tant souffrir la chanteuse Tina Turner et son producteur Phil Spector, certaines sont des séances de travail de 1966, ce qu'on appelle des OUT TAKES. Pour les écouter, cliquer ICI.

Tina est la troisième épouse d'Ike Turner. Début 1966, Spector la « loua » à son mari pour la bagatelle de 20 ou 25 000 $ pour l’enregistrement de « River Deep, Mountain High”. Ce disque, sorti sous le nom d’Ike and Tina Turner, est en fait de Tina seule. Non seulement Ike n'y joue pas, mais Phil Spector lui avait expressément demandé de ne pas venir au studio. Tina, qui était fréquemment battue par Ike, se trouva bien contente d’apprendre que durant deux semaines, elle se rendrait, seule, chez Spector pour répéter puis enregistrer le titre.

Pour Spector, le son était primordial

La mélodie également. Les paroles, en revanche, avaient moins d’importance et il autorisa Tina à les modifier voire même à improviser. Au terme de deux semaines de répétitions durant lesquelles Phil ne cessait de complimenter Tina sur sa voix qu’il trouvait exceptionnelle, il lui accorda une semaine de repos afin de revenir bien reposée le jour de l’enregistrement.

Tina était estomaquée

C’est la première fois de sa vie qu’elle voyait autant de musiciens réunis pour une séance (75 dont 5 guitaristes… 25 choristes... et Sonny Bono, du duo "Sonny and Cher" au tambourin). Et tout ça pour elle ! Mais elle devait se montrer à la hauteur : rien que pour le premiers vers (When I was a little girl / I had a rag doll) elle dut s’y reprendre une centaine de fois...

Elle termine quasiment torse nu...

« Je fus rapidement en sueur, j’ai ôté ma chemise et j’ai chanté en soutien-gorge durant de longues heures », raconte-t-elle dans sa biographie « I, Tina ». Ensuite, Spector devait procéder au mixage, ce qui n’était pas une mince affaire. Il l’entama le 7 mars 1966 et le disque sortit au printemps. Financièrement parlant, ce fut un gouffre. La chanson à elle seule coûta le prix de cinq albums complets. Pour rentrer dans ses frais, le 45-tours aurait dû se vendre par millions.

Ce fut loin d’être le cas...

Son échec aux USA (seulement 88ème au hit-parade) sera lourd de conséquence : à la suite de cette énorme déception, Phil Spector se retirera du monde du disque trois années durant. Son talent, son génie peut-on même dire, n’était pas en cause, mais plutôt l’hostilité des médias qui, souvent, ne pardonnent pas la réussite : Spector, en un temps record, était parvenu à faire entrer au hit-parade 26 de ses productions. Le « métier » ne lui en accorderait pas un 27ème ! Tina, quant à elle, considère que, par rapport au marché américain, la chanson était « trop black pour le public pop, et trop pop pour le public black ».

En Grande-Bretagne, en revanche, ce fut un triomphe

« River deep… » gagna la 3ème place du hit-parade, faisant de la chanteuse la nouvelle idole du show business britannique et conduisant la Revue d’Ike et Tina à se produire à Londres, flanquée comme il se doit des Ikettes, les trois danseuses black qui accompagnaient le couple en permanence sur scène et sur disque. Histoire détaillée de Tina turner dans les livres Girls Power et Rock Déglingue.

Tina Turner + Phil Spector = "River Deep, Mountain High"

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article