La vie tourmentée de Frankie Lymon (1942-1968)

Publié le par Daniel LESUEUR

Sans doute avait-il accédé à la gloire trop jeune (son groupe s'appelait d'ailleurs les Teenagers) : à 15 ans, il était déjà dépendant à l'héroïne.

Franklin Joseph Lymon dit "Frankie"est mort bien jeune. Né en 1942 en plein cœur de Harlem, il meurt le 28 février 1968, dans la salle de bains de sa grand-mère.

N°1 au hit-parade américain à 14 ans

A part Stevie Wonder et Michael Jackson, difficile de citer beaucoup d’autres exemples. Un succès auquel il n’était pas du tout préparé. Sa passion, c’était plutôt le sexe que la chanson ; employé, à dix ans, dans une épicerie de quartier, il arrondissait ses fins de mois en rabattant des prostituées. Il se vantait d’avoir de nombreuses maîtresses deux fois plus âgées que lui, ce qui, somme toute, n’est pas vraiment très vieux !

Choriste d'un groupe de rock

A l'époque, on ne parle pas encore de rock'n'roll mais de doo-wop. Toujours est-il qu’à l’âge de 12 ans il sympathisa avec Herman Santiago, chanteur d’un petit groupe local, qui lui proposa d’être choriste dans la formation des Teenagers. Pourquoi pas ?

En 1955, les Teenagers décrochent une audition

Elle sera supervisée par le producteur de disques George Goldner. Le chanteur du groupe étant arrivé en retard, c’est Frankie qui le remplaça au pied levé… et devint ainsi la vedette du groupe qui désormais s’appellera “Frankie Lymon and the Teenagers ».

Santiago fulmine dans son coin.

On imagine aisément que l'ambiance, désormais, est électrique. L’affaire se complique encore lorsque George Goldner décide de faire une une star en solo de Frankie. C’est d’ailleurs en bonne voie : le premier 45 tours du groupe, « Why do fools fall in love » est au sommet du hit-parade en janvier 1956.

L’année commençait bien

Elle allait s’avérer fructueuse : cinq autres 45 tours s’inscriront dans les dix meilleures ventes, dont notamment "I'm Not A Juvenile Delinquent". Hélas 1957 ne ressemblerait pas à la précédente année…

Frankie, désormais, enregistrait en solo

Hélas le public se détournait de lui. Une réaction un peu compréhensible : sans groupe derrière lui, Frankie se déhanchait avec, pour tout accompagnement, une bande magnétique qui défilait. Ca manquait de fun ! Ajoutons à cela qu’il avait mué (adieu la voix de soprano qui faisait son charme) et qu’à 15 ans il était devenu accro à l’héroïne. Ce n’est pas, toutefois, de son addiction que naîtra le scandale qui va faire basculer sa carrière

Le 19 juillet 1957, à la télé américaine

Dans le show télévisé d’Alan Freed, frankie a l’impudence, lui, un Noir, de danser avec une fille de race blanche. Shocking ! L’émission en question, d’ailleurs, ne sera pas diffusée dans les Etats les plus ségrégationnistes. Ses ventes de disques s’effondrèrent, son contrat fut résilié. Il dut en outre promettre de suivre une cure de désintoxication.

En 1964, Frankie se marie

« pour le meilleur et pour le pire », comme on dit. Et c’est le pire immédiatement : un scandale éclate, son mariage est illicite car sa moitié n’a pas encore divorcé de son premier mari ! De toute façon, très rapidement ils ne se supportèrent plus et se quittèrent au bout de quelques mois.

Frankie épouse alors Zola Taylor

Elle avait été la chanteuse des Platters de 1954 à 1962. Une très grande vedette, donc, car c’est durant cette période que les Platters eurent tous leurs hits (« Only you », « My prayer », « Smoke gets into your eyes », etc.). Leur mariage, toutefois, apparaîtra comme « bidon » après le décès de Frankie car, au moment de se partager son héritage avec Emira Eagle, la troisième épouse de Lymon, Zola fut dans l’incapacité de produire un certificat de mariage

Ils s’étaient mariés en 1965 à Tijuana

Cette ville de l’Etat mexicain de Basse Californie, à l’instar de las Vegas, est réputée pour la célébration express et pas très rigoureuse de ses mariages (en 1998 sortira le film « Why do fools fall in love » qui raconte la vie de Frankie ; c’est Halle Berry qui tient le rôle de Zola).

Toujours en 1965, Frankie est appelé sous les drapeaux.

Dans sa ville de garnison, il tombe amoureux de Emira Eagle, une institutrice. Ils se marient en juin 1967 après des mois mouvementés : pour aller rejoindre sa fiancée ou pour assurer des petits concerts minables, Frankie fit le mur plus d’une fois qu’à son tour. Ces disparitions à répétition le menèrent à la sanction inévitable : il est considéré comme déserteur.

De retour à New York en 1968, la chance semble lui sourire à nouveau

Il venait d’obtenir un contrat d’enregistrement et avait déjà enregistré deux chansons. Pour fêter le retour de la bonne fortune, il se fit une injection d’héroïne. Un fix fatal ! Son dernier disque sortira de manière posthume.

L’histoire n’était pas finie

En 1981, Diana Ross réenregistra « Why do fools fall in love » et porta à nouveau la chanson très haut dans les hit-parades. Il n’en fallait pas plus pour donner de la valeur à l’héritage de Frankie. Ses trois épouses Zola Taylor, Elizabeth Waters et Emira Eagle s’entredéchirèrent : Lymon s’était marié trois fois mais n’avait jamais pensé à divorcé !

Le coin du spécialiste

« Why do fools fall in love » fut également enregistré en 1966 par un groupe anglais, les Jokers Wild dont le guitariste n'était autre que David Gilmour, futur Pink Floyd. Leur version durait moins de deux minutes (1'56" précisément).

La vie tourmentée de Frankie Lymon (1942-1968)

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article